« Plus de 80 % des dépenses sont affectées aux prestations d’aide. »

Comment les dépenses du SEM ont-elles évolué en 2020 ? Giordano Bizzozero, conseiller spécialisé pour la surveillance des finances, passe en revue pour nous les différents postes.

Webmail arvandus ch meta net

« Le plus gros poste, qui représente plus de 80 % des dépenses, est celui des prestations d’aide pour les requérants d’asile, les personnes admises à titre provisoire et les réfugiés. Ces dépenses incluent les coûts liés à l’exécution des renvois, à l’aide au retour, aux mesures d’intégration ainsi qu’à la collaboration internationale dans le domaine de la migration.

Les coûts de personnel représentent 10 % des dépenses totales. Ils comprennent la rétribution du personnel, les cotisations sociales ainsi que les autres charges de personnel, notamment les mesures de formation et de perfectionnement.


Les 10 % restants correspondent aux charges matérielles – essentiellement les frais d’exploitation des centres fédéraux pour requérants d’asile (CFA), les dépenses informatiques, les coûts liés aux prestations de conseil et les autres charges d’exploitation – et aux dépenses d’investissement. Ces coûts ont augmenté par rapport à l’année précédente en raison de l’application dans les CFA des règles de distanciation et des prescriptions d’hygiène, de la création de 700 lits supplémentaires et de l’acquisition de matériel (parois en plexiglas, masques de protection, produits désinfectants) pour faire face à la pandémie de coronavirus. »